Site naturel
EXCEPTIONNEL PRÉSERVÉ

WarndtPark : un cadre naturel exceptionnel

Le projet a l’ambition d’être une opération exemplaire en matière de démarche et de qualité environnementale. En effet, les qualités paysagères uniques du site du WarndtParK permettent d’envisager un parc attractif selon les principes de l’urbanisme durable. Les terrains s’insèrent dans les clairières entre les espaces boisés. Ainsi la particularité du paysage est mise en valeur, la biodiversité est préservée et les entreprises bénéficient d’un cadre naturel exceptionnel.

Le site du WarndtParK :


Il se situe en limite ouest du massif du Warndt. Il se compose d’une alternance de bandes boisées et non boisées qui constitue un paysage tout à fait particulier dont le projet tire parti en cherchant à le préserver et à l’enrichir.


Les eaux pluviales du projet sont gérées de manière alternative, c’est-à-dire sans tuyaux. L’eau conserve un cycle naturel pour garantir la pérennité des couverts boisés et maintien de toute la richesse faunistique associée. Des noues plantées accompagneront les voiries et transporteront l’eau, en fin de parcours, vers une série de jardins filtrants qui animent le parK et participent à la biodiversité du lieu par la création de zones humides.

Les boisements existants conservés :


Le déboisement est limité et se voit compensé par un reboisement sur d’autres secteurs de la ZAC WarndtParK ou à l’extérieur de celle-ci.

Dans les zones à prédominance d’accueil du public, la sécurité des personnes est prédominante et les boisements existants aménagés en conséquence.

Dans les secteurs peu fréquentés, la priorité est donnée à une forêt plus sauvage. Certains bois exploités sont laissés en place pour qu’ils se décomposent sur place afin de favoriser l’accueil d’un cortège d’espèces spécifiques.

Les arbres à cavité, potentiellement favorables à l’accueil des chiroptères (chauves-souris), identifiés lors de la phase d’étude d’impact sont conservés sauf impératif majeur de sécurité.

Des îlots de sénescence et des espaces boisés classés sont créés avec une sécurisation des lisières sur une profondeur de 20 m.


La Forêt :


Le massif du Warndt constitue un vaste massif boisé composé essentiellement de bouleaux, saules, peupliers, érables, hêtres, chênes et divers conifères, essences adaptées aux sols sablonneux siliceux. La faune, la flore et leurs habitats sont riches et diversifiés.

Un petit-peu de Géographie :

Le Warndt est une entité transfrontalière géologique, géographique et historique, à l’origine couverte d’une grande forêt, située pour les 2/3 en Moselle et pour 1/3 en Sarre, entre la Bisten à l’ouest, la Rosselle au sud et à l’est et la Sarre au Nord. Le Warndt représente actuellement 50 localités.

  • En Sarre (21) : Differten, Dorf im Warndt, Emmersweiler, Fenne, Friedrichweiler, Fürstenhausen, Geislautern, Gersweiler, Großrosseln, Hostenbach, Karlsbrunn, Klarenthal, Lauterbach, Ludweiler, Naßweiler, Schaffhausen, St. Nikolaus, Überherrn, Wadgassen, Karlsbrunn, Werbeln.
  • En Moselle (26) : Béning-lès-Saint-Avold, Betting, Bisten-en-Lorraine, Carling, Cocheren, Creutzwald, Diesen, Falck, Forbach, Freyming-Merlebach, Guerting, Ham-sous-Varsberg, Hargarten-aux-Mines, Hombourg-Haut, L’Hôpital, Longeville-lès-Saint-Avold, Merten, Petite-Rosselle, Macheren, Morsbach, Porcelette, Rosbruck, Saint-Avold, Stiring-Wendel, Schoeneck, Varsberg.

Un petit peu d’Histoire :

Que signifie le nom de Warndt, son évolution ?
Le nom de Warndt a une singularité, puisqu’il peut être expliqué en plusieurs langues, en ayant toujours la même signification : protéger, garantir.

Le Warndt, ce pays recouvert d’une grande forêt, était un lieu de refuge privilégié pour le gibier. L’homme s’y installa, se garantissant sécurité et nourriture pour lui et ses animaux domestiques.

Pays frontalier, il bénéficiait de contrôle et de protection. Bûcherons, charbonniers furent les premiers artisans à prendre possession de la forêt, puis se développeront quelques petites forges.

Le territoire appelé « Warndt » est recensé depuis l’année 999, époque à laquelle l’empereur Otton III mentionne la forêt Warndt et « Castel Sarabruca » dans un document de donation à l’évêque de Metz, son cousin Adalberon. Ce domaine faisait partie du domaine impérial de Trêves.

Sur ce massif forestier de 5 000 ha situé entre la Sarre et la Lorraine, les traces d’occupation humaine sont bien antérieures à l’An Mil : un poinçon de l’âge de pierre a été découvert aux alentours d’un village du Warndt dans une carrière d’argile.

Durant tout le Moyen Age, le massif forestier a été interdit pour les habitants des environs : domaine royal, la forêt était une réserve, son nom vient sans doute du terme ‘verboten/verwarnter ‘ qui signifie défendue, interdit en allemand.

Les comtes de Nassau-Saarbruck, héritier du domaine au XIIème siècle, ont maintenu cette interdiction.

Lors de la guerre de Trente ans, toute la région connaît de grandes difficultés, la population décimée à plus de 80 %, les villages détruits. La reconstruction après la guerre fut laborieuse et dura de nombreuses années.

La migration des réfugiés huguenots, suite à la révocation de l’Édit de Nantes en 1686 en France, donna une impulsion décisive à la région. Les Huguenots installent des verreries et la plupart des villages fondés à cette époque existent toujours.

L’essor de la région est, à partir de cette période, lié à l’industrie du verre et de la métallurgie. La richesse des ressources locales en bois et en eau explique le développement de la fabrication du verre et du fer.

La région de Warndt est ainsi redevenue jusqu’au XXème siècle une région d’immigration.